• Wikileaks: une guerre, un nouveau monde.

    Wikileaks

     

    Nous sommes le mardi 07 décembre 2010, il est 02h18, et alors que le commun des mortels continu de se flinguer au Mcdo et de regarder la télé, nous basculons dans un nouveau monde.

    Le monde avancera maintenant au rythme des infowars(guerres de l'information).

    Jusque là, les infowars avaient lieu entre états. Aujourd'hui, c'est entre la population mondial et ses gouvernements que ce joue la bataille.

    John Perry Barlow, co-fondateur de l'Electronic Frontier Foundation, célèbre pour sa Déclaration d'indépendance du Cyberspace a déclaré ceci:

    «The first serious infowar is now engaged. The field of battle is Wikileaks. You are the troops.»

    Ou en français pour les anglophobes: « La première sérieuse guerre de l'information est maintenant engagée. Le champ de bataille est Wikileaks. Vous êtes les troupes.»

    A moins que vous viviez totalement couper du monde, vous avez forcément entendu parler de Wikileaks. Cette organisation informelle qui c'est mit en tête de publier tout les rapports les plus secrets de la planète. Le 28 novembre, Wikileaks, avec l'aide de plusieurs journaux de renommer international, a publié plus de 250000 mémos diplomatiques, ébranlant ainsi les plus grandes puissances à travers le monde. Les gouvernements, après une panique général, ce mirent dans l'idée de descendre Wikileaks. Interpol lança donc un avis de recherche international à l'encontre de Julian Assange, considérer comme étant le chef de l'organisation. Certains politiques américains en appellent même à son extradition vers les États-Unis, à fin de l'exécuter. Vous avez dit "barbares"?

    Amazon, hébergeur de Wikileaks, lâcha ce dernier sans le moindre scrupule. Paypal, principal moyen de rémunération de Wikileaks, ferma le compte de l'organisation. Et pendant ce temps là, Wikileaks.org est inaccessible, la fautes à des attaques informatique.

     

    Mais tout n'est pas noir. En effet, l'effet Streisand ne c'est jamais fait plus sentir.  Des centaines de miroirs à travers le monde ce sont créer, dans le but de donné accès au site. New York Times, Guardian, El Pais, Del Spiegel, Le Monde, les plus grands journaux soutiennent Wikileaks. Les plus grandes associations de défense de la liberté de l'information, tel que Reporter Sans Frontières ou l'Electronic Frontier Foundation soutiennent, elles aussi, Wikileaks.

    Les citoyens du monde entier ce réunissent sous la bannières des anonymous, pointant du doigt des organisations comme Interpol, des sociétés comme Paypal et Amazon, et ajoutant:

    «The future of the internet hangs in the balance»

    «Le futur d'Internet pend dans la balance.»

    A leur célèbre devise:

    «We are anonymous. We are legion. We do not forgive. We do not forget. Expect us.»

    «Nous sommes anonymes. Nous sommes légion. Nous ne pardonnons pas. Nous n'oublions pas. Attendez nous.»

    Les anonymous se lance à nouveau dans une guerre contre la censure, mais cette fois, avec beaucoup plus de puissance que durant les derniers assauts.

     

    Nous sommes le 07 décembre 2010, il est 03h05 et le commun des mortels ignore toujours que nous sommes entrés dans un nouveau monde.

    Mais la guerre a bel et bien débuter. Moi, Momo-B, prend le parti de Wikileaks, de la démocratie. Je crois au droit à l'information et à la liberté d'expression.

    La guerre de l'information a commencé.

    Si vous aussi, pensez que Wikileaks mérite d'être sauver, alors faites passez le mot. Plus il y aura de gens au courant de ce que fait Wikileaks pour protéger la démocratie, et plus Wikileaks aura de chances de survivre.

     


    Tags Tags :
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :