• L'avenir des sociétés ou l'humanisation.

    Kick

    Photo original by Andrew Pescod sous license by-nc-sa 2.0.


    Tout les analystes/blogueurs et autres passionnés l'ont maintenant comprit, au temps d'internet, gérer l'image d'une entreprise n'est plus du tout la même affaire qu'il y a cinq ans de cela.

    Les entreprises commencent plus ou moins à le comprendre. Du coup, elles essayent de se mettre à la page.

    Le premier bon réflexe est d'être présent sur internet. Avoir une fan page Facebook, un compte Twitter, ect... Il faut aussi savoir s'en servir! Et oui, fini le temps où l'on communiquait dans un seul sens. Aujourd'hui, les gens parlent entre eux et la société ne représente qu'une petite partie de ce qui est dit sur elle. Elle doit donc communiquer d'une nouvelle façon. C'est là qu'on engage un Community Mannager(CCM). Son boulot est de communiquer avec la communauté, répondre aux différentes interrogations, «prendre la température» et enfin, gérer les crises.

    Mais de plus en plus, on se rend compte que cela ne suffit plus. Car oui, le Community Mannager ne fait au final que le boulot d'un publicitaire. Il gère l'image de la société.

    Or, ce que fait internet, ce n'est pas qu'apporter aux consommateurs la faculté de parler de la société, c'est aussi cette fameuse chose que l'on appel le buzz. Le buzz est une information non contrôlée. Comme j'ai l'impression d'être aussi clair que le prof de math de Jean Claude Van Damme, je vais vous donner un exemple pour illustrer mes propos:

    Supposons que demain, d'une façon ou d'une autre, nous découvrions qu'une grande société X fabrique des technologies de surveillance et les vend à un dictateur qui s'en sert pour faire travailler des petits enfants au fond d'une cave.

    Bien sûr, cette société possède un CCM et interagit avec sa communauté via différentes activités online/irl.

    Cela suffira t-il à sauver l'image de la société? Jean-Hugues, consommateurs de son état, qui voyait là notre société X comme une société tout à fait respectable apprend que cette société fait des choses immorales. Bien sûr que l'image de la société en sera ternie.

    Peut importe que la société interagisse avec sa communauté, internet et son buzz force la transparence. Si la société essaye d'ignorer le problème, cela empirera sa situation, l'affaire Nestle l'a prouvé. La solution est de s'expliquer. Mais comment notre société X pourrait-elle justifier la vente de technologie de surveillance à une dictature? C'est extrêmement délicat. La seule solution est donc, en amont, de ne pas le faire. Et c'est là que les choses deviennent intéressantes. Si une société, en plus de communiquer avec sa communauté et d'organiser des choses avec celle-ci, de peur de ternir son image, se met à respecter la morale général, elle s'humanise. Elle n'est plus dans le monde du spectacle. Elle entretient un VRAI rapport avec sa communauté. Un rapport comparable à celui qu'entretenaient les petits artisans, avant l'industrialisation.

    Pour ma part, je vois cela d'un très bon œil. Les sociétés font leur travail, en toute honnêteté, le consommateur apprécie la société, la société apprécie le consommateur. On peut même espérer qu'à partir de cette situation, le but premier d'une société ne serait plus forcément de faire de l'argent, mais d'entretenir un bon service, afin de satisfaire sa communauté. Dans ce cas là, cela pourrait avoir d'immenses répercussions sur plein d'autres choses. Mais nous n'y sommes pas encore. Pour l'instant, les sociétés commencent à peine à engager des CCM.


    Tags Tags : , , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :